Présentation rapide du CDR

Le CDR met à votre disposition :

  • des documents divers sur place :

- presse quotidienne, hebdomadaire, mensuelle (régionale, nationale et internationale)
- des livres documentaires en lien avec les programmes des documents multimédia
- une information : Poursuite d’études / Mobilité européenne et internationale / Dispositifs d’insertion / Concours / Animations culturelles…

  • des webographies

Ce fonds documentaire est  régulièrement augmenté et remis à jour.

Il  peut être complété par :

  • l’emprunt de documents au lycée Saint-André, au C.D.D.P., à la médiathèque, à l’IREPS
  • la connexion Internet (dans le respect de la charte Internet)
  • la connexion au site de vidéo pédagogiques : lesite.tv
  • La recherche documentaire est informatisée (logiciel BCDI) et sera bientôt accessible sur le web

É. Brunet de la Grange, documentaliste

 

Visite du jardin d’insertion « Aide en créchois »

Historique

L’association a été créée en 1984. En 2002, elle devient un jardin collectif où des bénévoles récoltent les produits pour leur propre consommation. Puis en 2004, elle obtient l’appellation  « Jardin d’insertion ». Des salariés récoltent les produits pour les revendre aux adhérents (7.50€ de cotisations)

Actuellement il y a trois jardins :

Le jardin d’aide en Créchois

Le jardin a une surface de 12 000m², dont 8000m² sont cultivés. Le reste de la surface est occupé par les espaces verts ainsi que les locaux.  L’organisation des parcelles ressemble à un jardin à la Française. On y trouve :

  • Des fruits et légumes de saison cultivés en pleine terre ou sous serre.
  • Des plantes/fleurs aromatiques.
  • Une niche d’insectes.

Le public accueilli

Elle accueille des personnes vivant en marge de la société. Actuellement elle se compose de 13 jardiniers. Le premier contrat est de 8 mois, au bout du quatrième mois il y a un contrat moral, puis le contrat peut alors être renouvelé 3 fois 6 mois, pour une durée maximum de 24 mois. 66% des personnes accueillies se réinsèrent  sur le marché du travail. 4% retourne vers le  Pôle Emploi.

Les missions

Trois missions principales :

  • Resocialisation : respect des autres, réapprendre à travailler en groupe
  • Redynamisation professionnelle : reprendre un rythme de travail
  • Réinsertion professionnelle : possibilité de suivre différentes formations en fonction du projet individuel prédéfini.

 Les partenaires

L’état représenté par la DIRRECTE, le Conseil Général par le biais du PDI ( Plan départemental d’insertion), les communes (La Crèche, Saint Maixent l’école, Nanteuil, Exireuil, François), Caisse d’Epargne, Crédit Agricole, le Conseil Régional et le Lion’s Club.

Quelques mots sur notre expédition nantaise…

Après un voyage en transport commun, nous sommes arrivés à Nantes. Nous avons pris le Tram jusqu’à l’entreprise ou nous avions pris Rendez-vous. Cette entreprise est l’ATES des Femmes en Fil.

L’ATES (Atelier Textile Ethik & Solidaire) est géré par l’association des Femmes en Fil, dont le but est de favoriser l’insertion sociale et professionnelle des femmes par le biais d’un atelier de confection textile. L’existence de l’ATES est étroitement liée à l’histoire de deux sœurs nantaise : Farida et Yasmina ABID.


Elles créent en 2005 leur marque de vêtements « les petites mains ». Elles se trouvent alors confrontées à la difficulté de faire fabriquer leurs créations en petites séries et pièces uniques. Mais rien n’arrête ces entrepreneuses implantées dans le quartier de Bellevue ! Elles décident donc de lancer un atelier de confection textile. Interpellées par la condition précaire des femmes qu’elles rencontrent lors du recrutement de leur première salariée, elles donnent une nouvelle dimension à leur projet pour faire de la confection textile un support d’insertion sociale et professionnelle.
A leur initiative, l’association des Femme en Fil qui gère l’ATES est créée en février 2009.

Un projet social
L’ATES emploie des couturières engagées dans un parcours d’insertion ou de réinsertion. Ces femmes en situation de précarité sociale ou professionnelle, aspirent à accéder à leur autonomie tant financière que personnelle. L’ATES par son action d’insertion par l’activité économique et par l’accompagnement individuel qu’il déploie, leur donne l’opportunité de faire face aux difficultés qu’elles rencontrent.
Une fois titulaire d’un contrat de travail, elles sont en meilleure position pour engager une démarche :

  • D’action sociale : Répondre à des besoins identifiés (logement, santé, accès aux droits, exercice de la parentalité…) en lien avec les intervenants institutionnels qui les suivent.
  • De formation : Remise à niveau, perfectionnement de la pratique de la langue française, apprentissage de techniques non maîtrisées ou toute autre action de formation qui s’inscrit dans le projet d’accès à la qualification et à l’emploi de la personne.
  • De développement personnel : Restaurer l’image de soi et de ses compétences, particulièrement efficaces lorsqu’on travaille à la réalisation d’articles textiles économiquement valorisés.

Un métier ou des métiers ?
Elles confectionnent sur commande des vêtements, accessoires de mode, linge de maison, articles de décoration ou publicitaire, sacs, housses, banderoles… Il s’agit de réaliser tout ou partie de produit textiles, dont le client fournit les composants, comme le tissu ou les fournitures.
les autres services et prestations : Conception/Prototypage/Retouches/Patronage/Gradation/Demande de devis/Recherche.

Suite à cette visite nous sommes allés dans un restaurant, « Les Terroirs Bio ». Ce restaurant nous a interpellés, puisque celui-ci porte le label AB (Agriculture Biologique).
Ce restaurant propose des salades, des pâtes, des tartes salée, des sandwichs froids ou chauds, un plat du jour, des omelettes, des poêlées de légumes, des potages, des dessert, des jus de fruits des Coteaux Nantais.

Suite à ce bon repas, nous sommes allés nous promener dans Nantes en attendant le train et nous avons vu une ville qui bouge et qui fait attention à la pollution. Les gens se déplacent surtout en transport en commun et de plus en plus en Vélos (personnels ou en bicloo). Il y a beaucoup de jardin dans le centre de Nantes. Les voies de Tram sont le plus souvent recouvertes d’herbe. C’est une ville vivante et écologique.

Ophélie Salanon, ECOSOLienne et ESF1

Ce projet est soutenu par la Région Poitou Charentes

 

Les ECOSOLiens en route vers Nantes !

Nous avons monté un projet de visiter une SCOP pour découvrir le fonctionnement de ce type d’entreprise. Nous en avons sollicité plusieurs sur Nantes et une nous a répondu positivement pour un entretien le jeudi 23 mai.

Cette entreprise se nomme « les petites mains ». On y fabrique des vêtements et des accessoires. Il faut savoir que cette SCOP s’occupe aussi bien de la conception, de la réalisation, de la commercialisation que de la gestion d’événements liés à la mode.

La dirigeante de cette SCOP est ABID Yasmina.  En 2005, les sœurs ABID créaient l’association des « femmes en fil ». Cette association est devenue la SCOP « les petites mains » en 2011.

Les vêtements créés sont d’inspiration ethnique et urbaine. La styliste de l’entreprise est Farida, la sœur de Yasmina.

Lors de la création de leur entreprise, elles se trouvent alors confrontées à la difficulté de faire fabriquer leurs créations, des pièces uniques et des petites séries. Mais rien n’arrête ces entrepreneuses implantées dans le quartier de Bellevue à Nantes. Elles décident donc de lancer leur propre atelier de confection textile.

Interpellées par la condition précaire des femmes qu’elles rencontrent lors du recrutement de leur première salariée, elles donnent une nouvelle dimension à leur projet pour faire de la confection textile un support d’insertion sociale et professionnelle.

Il faut savoir aussi que cette initiative a été récompensée par le prix « talents des cités » en 2008.

Nous serons donc avec ces femmes jeudi 23 mai 2013 pour en savoir plus.

Pour ce qui concerne le reste de la journée nous essayerons de visiter l’ancienne usine « LU » dans l’après midi. Mais avant ceci, nous irons manger dans un petit restaurant bio.

Durant notre journée nous vous ferons partager toutes nos nouvelles connaissances via Facebook sous forme d’un mini reportage (photos, …).

Pour aller plus loin :

Ce projet est soutenu par la Région Poitou-Charentes.