« Le Jouet veut encore croire au Père Noël »

Suite à leur revue de presse mensuelle au CDR,  les Hôtesses de Caisse  ont travaillé cet après-midi sur un article de LSA ( n°2254, 6/12/2012) et vous proposent leur résumé :

Les fêtes de fin d’année approchent, et même si, selon un article de LSA (6 /12/2012) «  Le jouet veut encore croire au Père Noël », les achats ne semblent pas avoir vraiment démarrés. La preuve en est, les mois d’octobre et novembre enregistrent une chute de 12% des ventes (soit 18 millions d’euros) par rapport à 2011 qui n’était déjà pas une année de référence. Les personnes viennent mais n’achètent pas, constate Alain Bourgeois Muller président de Jouet Club.

Un tiers des Français n’a encore pas franchi le pas malgré des prix bas. Et il semblerait que France soit encore plus frileuse que ses voisins Européens !

Alors quelles explications avancer ? La crise, certes mais surtout une conjoncture liée à un calendrier tardif qui fait que l’ambiance n’est pas encore à Noël dans l’esprit des Français.

Toutefois, que l’on se rassure ! Les consommateurs comptent bien jouer les Pères Noël et leur budget serait même équivalent voir légèrement en hausse depuis l’an passé.

D’après une enquête de Toluna pour LSA, un quart des Français achèteront dans la dernière ligne droite profitant peut être de tarifs bradés. Au top 5 des jouets les plus vendus : consoles et Playmobil. Cela promet pour les distributeurs une forte affluence les deux derniers week-end avant Noël en espérant qu’ils ne rencontrent pas de problèmes de réapprovisionnement…

Joyeux Noël !

Manon.B

 

« Le Jouet veut encore croire au Père Noël ». LSA 6/12/2012

Depuis 2011, le marché des jouets de Noël est en baisse et cette année la chute se confirme. En effet, suite à une étude, on remarque que le chiffre d’affaire des mois d’octobre et novembre 2012 ont baissé de 12 à 16 % par rapport à 2011. Certains magasins concernés parlent de calendrier défavorable suite aux vacances prolongées de la Toussaint ; d’autres parlent d’une clientèle peut concernée  avant la mi-décembre suite à la crise économique ; les derniers relient ce phénomène à l’absence d’esprit de Noël, le manque de lumières traditionnelles de Noël et le temps non adéquat pour la saison.

Nous remarquons aussi le manque de produits phares comme Cars et Beyblade l’an passé. Le manque de volumes vendus génère une annulation des réassortiments par les distributeurs.

Mais les magasins ne renoncent pas et espèrent remonter leur chiffre les deux derniers week-end de décembre. La clientèle se sentira mieux concernée. Attention cependant au calendrier promotionnel qui risque de bousculer les points de vente d’ici la fin de l’année notamment avec le Blanc.

Ludivine L. et Stéphanie B.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>